Le Débat sur les orientations budgétaires 2019

Les orientations budgétaires de la Ville ont été débattues en conseil municipal le 21 février dernier.


Nous avons fait part de notre inquiétude devant la dégradation des finances de la ville.

La dette par habitant a presque doublé en 5 ans, passant de 486 € en 2014 à 817 € en 2019, tandis que l’épargne a fondu passant de 5 M€ en 2015 à 1,7 M€ en 2019.


Au chapitre INVESTISSEMENT, nous aurons donc en 2019 une dépense record de 17,5 M€ liée tout à la fois aux constructions simultanées du nouveau Centre de loisirs de La Borde pour 7,5 M€ et de deux Gymnases sur Joué-Sud, additionnées de 4,5 M€ exceptionnels pour l’entretien des voiries, embellissement etc.


Un investissement raisonnable se situerait pour nous autour de 10 à 11 M€ par an.


Investir pour l’avenir n’est évidemment pas critiquable en soi. Ne pas faire les bons choix et ne pas tenir compte de l’impact budgétaire des décisions que l’on prend est INADMISSIBLE.

Au chapitre FONCTIONNEMENT, on constate une augmentation significative liée, d’après l’exécutif, à la fusion du budget de la petite enfance dans le budget de la ville alors qu’il était auparavant intégré au budget du CCAS.


On rappelle que la politique de recrutement du Maire depuis 2014 (doublement des effectifs de police municipale, service de propreté urbaine municipale, pérennisation d’emplois aidés…) a sensiblement augmenté les dépenses de personnels qui ont été partiellement compensées par la mutualisation d’une partie des agents de la propreté urbaine. Tout cela relève du jeu de bonneteau.


Le Maire et sa majorité ne sont visiblement pas inquiets de ces dérives puisqu’il a affirmé publiquement le 8 janvier, lors de ses vœux à la population, que la dette n’est pas un sujet ! (sic)


C’est désespérant ! Dans un pays surendetté comme la France, dans une ville qui a été autrefois mise sous tutelle des pouvoirs publics à cause d’une dette trop élevée (payée par la suite par une explosion des impôts locaux), il est irresponsable de proférer une telle affirmation.


L’histoire récente de notre ville doit servir de leçon.


Philippe Le Breton, élu en 1995, sans doute traumatisé par le surendettement, avait patiemment assaini les finances de la ville (avec les impôts des Jocondiens), cela au prix d’un sous-investissement chronique et dommageable.


Depuis 2014 son successeur prodigue, investit sans compter, au prix d’un endettement excessif et d’un effondrement de notre épargne.


Certes cette politique d’investissements tous azimuts a l’avantage d’en mettre plein la vue à nos concitoyens cela permet de jouer au Père Noël avec l’argent des autres . Toutefois, gagner de la popularité en créant de la dette aujourd’hui c’est oublier qu’on génère les impôts et le mécontentement de demain. C’est un risque que nous refusons de prendre.


Si cette méthode ne change pas, il est a noté que les investissements vont mécaniquement diminuer car nous n’aurons plus autant de capacité d’emprunt.

Dès lors, il faudra soit rembourser cette dette en augmentant les impôts, soit ne plus faire d’investissement importants pendant plusieurs années, en dépit ce que le Maire actuel promettra pour 2020 et après.


La juste politique que nous voulons conduire à Joué-lès-Tours se trouve à l’équilibre entre les deux extrémités précédentes.


Nos principes directeurs sont simples et relèvent de la gestion de « bon père de famille ». Des investissements raisonnables pour ne pas laisser filer la dette, un fonctionnement maîtrisé dans un contexte de rareté de l’argent public et un réel fonctionnement Métropolitain pour rationaliser nos dépenses publiques.


Et nous innoverons … quand on n’a pas d’argent il faut avoir des idées !


Jean-Christophe TUROT


0 vue

LIBRES CITOYENS JOUÉ-LES-TOURS

B.P. 10141 - 37300 JOUÉ-LES-TOURS

Tel : 07 66 27 90 88 - Email : contact@librescitoyens.fr

Mentions légales        Politique des cookies